L’histoire du look et de l’esthétique PUNK!

Cet automne, l’esthétique punk est de retour. Pas de panique : inutile de dresser vos cheveux en crête majestueuse ou de descendre dans la rue en chantant « God, save the Queen » pour l’adopter. C’est plutôt en clins d’œil qu’on l’inclura dans nos looks. Pour comprendre l’importance du mouvement punk et pourquoi, plusieurs décennies plus tard, il est toujours influent, j’ai envie de vous raconter ses origines.

L’esthétique punk prend racine dans le merveilleux monde de la musique. En effet, vers la fin des années 60, l’esthétique hippie s’impose : celle-ci amène les musiciens à se raffiner, à polir leur création et à proposer des mélodies et paroles plus recherchées. Cependant, cette tendance ne plait pas à tous : en effet, une frange de la jeunesse n’a pas envie de musique léchée mais bien d’un son brut, sale. C’est là la naissance du mouvement punk. Dès le tournant des années 70, la scène underground grandit et s’enracine dans le paysage new yorkais d’abord, britannique ensuite (oui oui! dans cet ordre-là!). Bien que la scène anglaise se soit développée après, c’est elle qui prend toute la place : la vie est dure au royaume du fish&chips et la jeunesse a envie de crier son opposition à l’aristocratie, à l’establishment.  C’est par la voix des Sex Pistols et The Clash que la critique de la jeunesse rebelle se fera entendre.

Et, en mode, ça se traduit comment? Pantalons déchirés, vestes de cuir et coiffures déjantées accompagnent les immortelles Doc Martens pour montrer que la jeunesse n’a cure du bon goût et des règles de bienséance.  Vivienne Westwood est LA figure de la mode punk de l’époque. Comme fashion et musique marchent main dans la main, elle est justement alors la copine du manager des Sex Pistols (vous voyez, tout est dans tout!). Ensemble, ils habillent les artistes de la scène punk avec les créations de Westwood. Leur boutique, Sex, est un pied de nez aux autorités avec ses vitrines provocantes et son inventaire de vêtements anticonformistes.

Les années passent et, comme c’est souvent le cas, la rébellion s’estompe au profit de la rentabilité : c’est à ce moment que la scène punk s’assagit pour devenir la scène New Wave. Mais ça, c’est une autre histoire. L’âme punk dans ses idéaux de libération des diktats sociaux n’est jamais complètement disparue et a continué de séduire les différentes générations de jeunes qui se sont succédé; c’est pourquoi elle plane toujours, cinq décennies plus tard.

Quant à nous, même si notre révolte adolescente est loin derrière, on aime bien montrer que derrière notre sagesse se cache encore une tigresse. On ajoute donc de petites touches de punk dans nos looks, afin de montrer qu’on aime les règles…mais qu’on aime bien aussi s’en détacher parfois!